En avant le PCF.

Forum de réflexions communistes.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un 1er mai au goût amer…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Résistance

avatar

Nombre de messages : 146
Age : 49
Localisation : Lille
Date d'inscription : 28/03/2013

MessageSujet: Un 1er mai au goût amer…   Jeu 2 Mai - 23:20



Le 1er mai tire son origine des combats du mouvement ouvrier pour obtenir la journée de huit heures. En 1890, l’événement est célébré dans la plupart des pays par un jour chômé. La fête internationale des travailleurs et des travailleuses devrait traditionnellement être marquée par l’orgueil et la joie de battre le pavé entouré de camarades, de familles et de citoyens venus de tous les horizons, les drapeaux rouges flottant au vent des revendications. L’importance du travail dans la réalisation de l’homme n’est plus à démontrer, au point que l’alinéa 5 du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, repris intégralement dans la Constitution du 4 octobre 1958, affirme que « chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi ».

Sans travail, on meurt… ou on est condamné à vivre en marge de la société comme ces parias contraints de se démener quotidiennement pour joindre les deux bouts et espérer passer la nuit sans encombre. Mais la fête a aujourd’hui un goût bien amer parce que le travail est en train de disparaître de notre pays. Notre économie est aux prises avec une crise que nous n’avons pas créée. Des centaines de milliers de travailleurs ont été jetés sur le carreau, perdant tout espoir dans le présent et l’avenir. Ou alors, quand ils ont la chance d’en avoir un, ils accumulent les CDD les uns après les autres. Il leur arrive parfois de jongler avec les stages non rémunérés, un diplôme souvent en poche mais le portefeuille désespérément vide.

La destruction des emplois n’a cessé d’augmenter ces vingt dernières années du fait de politiques irresponsables. La ploutocratie n’a qu’une ambition : renforcer sa position dominante en s’attaquant aux droits des travailleurs avec les résultats qu’on connaît : précarité, chômage, diminution des salaires, restriction des droits syndicaux, etc. Ce 1er mai 2013 aura certes été une fête, mais une fête de réflexion et de luttes. De réflexion pour analyser les raisons qui ont conduit à la tragédie actuelle, et de luttes parce que les travailleurs, s’ils ne retrouvent pas la volonté de se battre, risquent de passer à la moulinette patronale. Les capitalistes tentent en effet d’utiliser la récession pour décupler l’exploitation, en espérant que cela relancera les profits. Le pire de la crise n’est probablement pas derrière nous…

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-un-1er-mai-au-gout-amer-117525138.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.resistance-politique.fr/
 
Un 1er mai au goût amer…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
En avant le PCF. :: Actualité et politique :: Actualités à chaud.-
Sauter vers: